mardi 22 mars 2016

Maestra de L.S. HILTON


Résumé Le jour, Judith Rashleigh est assistante dans un hôtel de ventes aux enchères londonien qui l’exploite malgré ses diplômes et son talent. La nuit, elle officie dans un bar à hôtesses où elle séduit sans effort.Judith sait qu’elle doit jouer le jeu. Pour faire carrière et pour charmer les hommes, elle a appris à être une gentille fille… Jusqu’à ce qu’elle découvre une gigantesque escroquerie autour d’une fausse toile de maître. Licenciée avant d’avoir pu faire éclater le scandale, Judith décide de fuir avec un riche client sur la Côte d’Azur. Là-bas, un monde décadent et corrompu les attend. Là-bas, elle goûtera à la vengeance. La gentille fille deviendra femme fatale.

Genre: Thriller- Erotique.

Remerciements: Je remercie Netgalley et les éditions Robert Laffont qui m’ont permis de découvrir ce roman.

Mon avis : Âme sensible s'abstient !

Quand j’ai découvert la fiche du livre sur Netgalley, j’ai voulu le lire pour son côté « peu conventionnel- un genre nouveau ». En effet, l’auteur a voulu teinter son roman d’érotisme et de thriller. J’étais très intriguée, je voulais connaître le résultat escompté. J’aime être surprise par un auteur, j’aime le côté fou que peut prendre une rencontre avec un livre. Mais là… j’ai été déçue. Déçue par la forme que ça a pris. L’idée de départ de l’auteure m’a paru bonne, avec une histoire qui pouvait tenir la route, une histoire prometteuse tachetée de sang, d’intrigue, d ‘art…

Je dirais que c’est le personnage de Judith qui n’a pas retenu mon attention. Dans ses mœurs entravées de sexe et de meurtre, sa douce drogue qui fait pétiller sa vie, je m’attendais à une folie intense, psychique du personnage. Quelque chose qui aurait mis du piment à l’histoire. Judith est l’archétype même de l’Anti-héroïne. C’est pourtant elle, le personnage principal et pourtant le lecteur que j’ai été, ne s’est pas attachée à elle ! Elle est dégoûtante. Elle aurait pu être magnifiquement dégoûtante mais comme je l’ai déjà expliqué il manque ce petit quelque chose à sa personnalité qui pimenterait l’histoire…une douce folie psychique. Et puis il y avait trop de monologue interne… ça me faisait penser à un cours magistral rébarbatif sur l’histoire de l’art.

Je vais replacer les choses,. C’est l’histoire d’une jeune femme qui veut s’extirper dans la vie « pourrie » dans laquelle elle est plongée. Judith Rasleigh a fait de brillantes études d’art, et travaille au sein d'un hôtel de ventes d’œuvres aux enchères, mais elle y est exploitée et on lui attribue de petites missions alors qu’elle peut bcp plus. Sa petite vie va basculer à partir du moment où elle va reconnaître que le tableau dont on parle en réunion n’est pas un vrai Stubbs. Elle voudra enquêter à ce sujet et prouver que c’est un faux. Je n’en dirai pas plus à ce sujet …

De fil en aiguille, elle va se retrancher vers ses mœurs légères, son job au noir, ses envies de rencontrer un homme riche… ses rencontres déroutantes…

Mais j’ai eu la vive impression que l’auteur n’avait pas de ligne directrice. Du coup, c’est parti dans tous les sens. Le premier mort a été perçu comme une erreur de parcours, au début. Le suivant un pétage de plombs mais en même temps elle a pris goût.

D’un point de vue médiatique, il a souvent été question de comparer Maestra à 50 nuances de Grey, deux genres totalement à l'opposé selon moi. Certes avec 50 nuances de Grey, on est dans l’érotisme. Mais un érotisme sensuel. Ici on est dans un érotisme charnel, bestial, violent. Les mots sont crus, ils n'ont aucun charme. 

Je n’ai pas aimé. Je n’ai pas adhéré à l’histoire. C’est pourquoi je lui mettrais la note de 10/20. Oui la moyenne car il y a de l’idée, il y a de la recherche aussi. Une bonne documentation sur l’histoire de l’art. L’écriture est fluide mais trop rébarbative et l’histoire n’est pas assez finie à mon goût. Il manque des éléments au personnage de Judith. Je ne lirais pas les prochains tomes, ça c’est certain.

2 commentaires:

  1. Le dernier roman de La Bête Noire qu'il me reste à lire, et celui qui me tente le moins... Je pense quand même le lire prochainement, histoire de me faire mon opinion !

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...